dimanche 31 décembre 2017

Réhabilitation du « gentil niais ».

    Il existe dans notre quotidien des situations qui semblent de prime abord anecdotiques mais qui, après réflexion, peuvent révéler quelques indices précieux pour une meilleure compréhension du comportement de certains de nos contemporains. J’ai été témoin dans le cadre de mon activité professionnelle d’un échange verbal entre collègues très riche en enseignement.
    Précisons d’abord le contexte : un espace constitué d’une salle de travail de trois mètres carrés avec peu de possibilités de mouvements à la présence d’un grand bureau central, d’armoires et  autres meubles de rangement en tous genres ; il n’y a qu’une seule entrée et aucune autre possibilité de retraite rapide, détail qui peut sembler insignifiant mais qui revêt toute son importance lorsque l’on est pris dans la tourmente. Maintenant les personnages : moi, l’observateur neutre qui tente de se faire oublier ainsi que mes deux collègues que je nommerais d’un côté « le gentil niais » et de l’autre « le petit chef ». Le « gentil » pourrait apparaître comme un croisement entre Simplet et Joyeux et le « chef » affichant les caractéristiques à la fois de Prof et de Grincheux. Pour ma part je préfère largement m’entretenir avec le premier qui se présente toujours à vous avec un large sourire, un petit mot sympathique, n’aborde jamais les sujets qui fâchent parce qu’il ne s’y intéresse sans doute pas du tout et sur lequel semblent glisser toutes les attaques verbales les plus fielleuses et dissimulées envoyés par certains spécialistes en la matière, à se demander s’il comprend un traitre mot de ce qu’on lui dit… Le deuxième quant à lui pourra s’avérer, au gré de ses humeurs, sec et distant ou faire montre d’une forme d’assurance qui oscille entre mépris et condescendance ; surtout , ne pas tenter de défendre un avis contradictoire au sien sinon c’est la prise de bec assurée.
    Ce matin-là j’ai la bonne idée de passer par la salle de travail pour voir si une note n’a pas été laissée à mon intention et j’ai le malheur de me faire surprendre par l’entrée tonique du « petit chef », toujours occupé et pressé ; il émane d’ailleurs de sa personne une dose inhabituelle d’ondes négatives ; juste le temps de me tourner vers le mur opposé en faisant mine de me concentrer intensément sur mon document inexistant.  Je m’assure de ne pas croiser son regard afin de ne pas exciter l’animal, heureusement il ne m’accorde aucune attention, je m’apprête alors à m’esquiver promptement lorsque rentre le « gentil niais ». Pourvu qu’il se taise ! Mais non… un large et franc « Bonjour ! » retentit, ce genre d’intervention où le sourire et la bonne humeur sont audibles. Je tourne discrètement la tête, risque un petit sourire et retourne au piquet. L’autre fait volte face et lance énervé « Tu veux quelque chose ? », il tente pourtant « Mais simplement vous saluer, il y a un problème ? » ; il n’en fallait pas plus pour dégoupiller la grenade : « Le problème c’est que je n’arrive pas à te comprendre, tu fais toujours le gentil, tu es vraiment un faux jeton ! » Je m’attends à ce que ce pauvre gentil se délite et à peut-être devoir intervenir pour interrompre le « tabassage verbal » mais surprise, le « gentil niais » change de ton instantanément, l’atmosphère se charge et avec un « débit mitraillette » il part dans une démonstration où se mêlent exemples précis de dérapages passés retranscrits au mot, à la date et à la minute prês, considérations philosophique concernant la notion de justice et mise en garde ferme par rapport à une attitude déplacée. Le « petit chef » balbutie alors quelques mots, se confond en excuse et repart en rasant le mur comme un crabe qui tente de se dissimuler entre les rochers ; l’autre repart aussi de son côté en s’excusant : « Désolé de m’être emporté, je n’ai pas su garder mon calme mais dans dix minutes ça sera oublié… ».  
    Cet échange singulier fut à l’origine d’une remise en question de toutes mes certitudes concernant cette population de gens affublés du surnom de « bisounours », de « bons cons », de « bonnes pâtes », d’ « Alice au pays des merveilles », ce genre d’individus qui s’entendent dire à longueur de temps : « Toi tu es trop gentil, tu te feras tout le temps avoir… ». Comment une personne au caractère d’apparence si translucide peut-elle cacher une âme de Saint-Just ? J’ai eu de nouveau l’occasion de m’entretenir avec lui et je suis plus sensible depuis lors à ce type de comportement. Il m’est apparu que loin de ne rien comprendre à la complexité des situations et des échanges, ces « vrais gentils » ne manque aucunement de lucidité mais s’évertuent simplement à préserver leurs interlocuteurs en ne les mettant pas de manière trop violente et trop frontale face à leurs contradictions, leur manque de discernement, leurs faiblesses. Ils ne veulent simplement pas heurter de manière injuste leurs pairs si cela n’est pas nécessaire et justifié. L’humour et l’apparent détachement sont une manière de désamorcer les conflits qui ne semblent mener à rien à part à la souffrance inutile d’une des parties ? Je dirais qu’ils ont un sens profond de la justice et de grandes dispositions à la diplomatie ; ils tenteront toujours d’épuiser toutes les solutions possibles avant de choisir la manière forte et le conflit « brutal », mais c’est aussi pour cela qu’en fin de compte, lorsque ce même conflit est inévitable, ils risquent d’être, contre toute attente, les plus durs et intransigeants car totalement légitimes dans leur réaction, comme un fauve qui se retrouverait traqué et dos au mur. Ils sont loin d’être « mous » mais plutôt « relâchés », semblent « détendus » mais ne sont pas du tout « disparus ». Ce sont un peu les « Fonzy » de « Happy days » du 21ème siècle.
   Je pense sincèrement qu’actuellement la qualité de gentillesse n’est pas reconnue à sa juste valeur ; malheureusement, elle est trop vite assimilée à la bêtise plutôt qu’à une réelle preuve d’intelligence. J’ai la nette impression qu’il y aune forme d’inversion des valeurs comme lorsque l’on tente de me persuader que pour gouverner et avoir un poste à responsabilité il faut être capable de transiger sur certains principes, il faut être stratège (je dirais plutôt un peu « vicieux »), c’est là une preuve d’intelligence… il ne faut surtout pas être trop gentil. Au contraire, je pense que les vrais gentils sont simplement incapables de s’asseoir sur leurs principes, ils n’accordent simplement aucune valeur à la réussite au sens ou l’on veut nous la présenter de nos jours. C’est assez ironique mais il faudrait, par exemple, les mettre au gouvernement contre leur volonté. Pourquoi ne pourrait-on pas considérer la gentillesse comme une des plus grandes formes d’intelligence ? L’humanisme ne se caractérise-t-il pas par la plus grande considération du concept d’altérité. Dans un échange verbal, faire preuve de gentillesse est une manière de prendre en compte l’autre, sans l’aliéner, en lui permettant d’exprimer sans entrave son plein potentiel personnel de réflexion en se mettant soi-même « en retrait », sans pour autant abandonner l’idée de contester, après coup une idée que l’on pourrait juger inappropriée. Nous avons fondamentalement besoin de l’autre afin de développer, orienter, affirmer, infirmer, contredire, faire mûrir notre pensée. Le danger en étant trop arrêté sur ses positions, au point de vouloir imposer  ses idées aux autres, est de déconsidérer purement et simplement l’essence de l’être auquel on fait face dans un pseudo échange, en s’attaquant inconsciemment à certains concepts idéologiques à l’origine même de la formation de sa personnalité. Le pire est d’être incapable d’imaginer un terrain d’entente au sein duquel les changements de concept pourraient intervenir naturellement. Au final, pas question de détenir ou non « la vérité » mais d’en débattre pour en faire émerger une nouvelle forme naturelle et raisonnable.
    Pour finir je dirais que le « gentil niais » devrait être protégé comme une espèce rare en voie d’extinction dont la disparition mettrait en danger la survie de notre planète. Il est souvent désintéressé, se satisfait de peu, c’est pour moi quelqu’un qui ne court pas après des chimères, ne se bat pas contre des moulins à vent ; peut-être le contraire du fou, génial par sa simplicité. Nous devrions tous essayer d’être de « gentils niais » et pour ma part je vais essayer d’avoir le sourire plus facile et de me mettre aux bonnes blagues… Si vous en rencontrez un, profitez de l’échange, et surtout, croyez-en mon expérience, ne cherchez pas à tester les limites de sa tolérance, vous pourriez avoir une mauvaise surprise.

P.M.












  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Réhabilitation du « gentil niais ».

    Il existe dans notre quotidien des situations qui semblent de prime abord anecdotiques mais qui, après réflexion, peuvent révéler quelq...