samedi 10 juin 2017

Déraisonner

On nous l’avait bien dit, avec le passage des années,
Les grands esprits réussiraient à nous l’accorder :
Cette jeunesse éternelle tant désirée.
Nous jouissions de moyens quasiment illimités ;
Nous étions peu nombreux mais nous l’avons bien méritée.
Alors pourquoi ce vague à l’âme ? Qu’ai-je donc manqué ?
Je devrais, au contraire être totalement libéré.
Ai-je seulement le droit de considérer en être privé ?
A qui dois-je obéir ? A quoi ? Plus rien ne m’apparait sensé.
Je n’ai pas l’impression de l’avoir gagnée.
Finalement, je crois qu’il n’y en aura jamais assez.
Est-ce un mirage, une simple possibilité ?
Une certitude : ce n’est qu’une idée.
A quoi bon te poursuivre ? Tu ne sais que trop bien te défiler. 
Satanée liberté, tu m’auras finalement échappé.
Au bord du gouffre, je serai bientôt arrivé.
Ce n’est pas pour autant que se sont clarifiées mes pensées.
Avec ce dernier choix vas-tu enfin t’exprimer ? 
Que faire ? Suis-je résigné ?
Allez, il faut se lancer…


P.M.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L’érudit croyant savoir et l’ignorant de sa propre connaissance

    En des temps immémoriaux vivait au fin fond de la forêt un être humain pour le moins atypique. La nature était son élément, personne ne...